Non classé

Poème #34

Accepter l’indicible
Dans cette boîte quasi magique
Oser s’empiffrer
A la vue d’un cadavre
Aux boyaux pendants 
Sans broncher 
Ni régurgiter
 
Oser pleurer 
Quand s’affiche
Le corps sans vie
Sur la plage de nos vacances
D’un enfant, qui pourrait
Etre NOTRE enfant
Et continuer
 
Serions-nous des
Pleutres
A la bien-pensance
Consciencieuse
Mais incapable 
D’agir
De sacrifier 
Notre confort 
Personnel
Nous le sommes 
Je le suis 
Premier responsable 
De l’inaction
 
Et je 
Pleure 
Et je 
Conchie
Ma Propre
 
Pitié
 
Sélective

 

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

1001feuillesado |
Les poèmes de Laëti |
Références thématiques |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tijanabuletinac
| Journalecturejrbr
| Journal des fous