Non classé

Poème #19

La ville s’endormait
Et j’en n’oublie le nom
Et peu à peu ils 
S’infiltrent
Prenant position
Discrètement.
 
Au petit matin brumeux
Sur la place de la mairie 
Déserte et humide
Leur chef
Un poney shetland nain
Prend officiellement
Le pouvoir
 
De partout
Alors
Les équidés
S’imposent
Et derrière l’élite 
Des Shetlands
Toutes les races 
Gros bretons de traits
Boulonnais, normands
Fins mustangs
Indomptables arabes
Trouvent
Leur place
Dans le nouvel ordre.
 
Pour l’Homme 
Fini le bifteck de cheval
Le steak à cheval
Et même les lasagnes
Mais finalement
Seuls les dirigeants
Sont bien peinés
Le commun des mortels 
Plutôt satisfait
De ce changement
Les sondages 
Sont formels
 
Pourtant bientôt des
Dissensions 
Apparaissent au
Sein de cette nouvelle 
Société
Car certains s’interrogent 
Les zébres
Font-ils partis 
Des nouveaux 
Dominants
 
Alors à Valladolid
Une conférence est
Convoquée
Afin de débattre
De l’épineux problème
De l’âme supposé
Du zébré cousin
Et on décide que pour lui
C’est OK
 
Mais hors
De question 
D’accepter
 
L’
 
Okapi
 
Yrch et J.Brel pour les 2 premiers vers
 
 

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

1001feuillesado |
Les poèmes de Laëti |
Références thématiques |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Tijanabuletinac
| Journalecturejrbr
| Journal des fous